Forfait « illimité » IDTGMax : l’entourloupe de la SNCF – Legi Capital
Legi
Capital

Forfait « illimité » IDTGMax : l’entourloupe de la SNCF

(Publié par : Le Monde)

« IDTGVMAX s’arrête… Merci d’avoir pris part à cette aventure. Merci pour tout ». Sous ce court texte reçu par e-mail, une photo représente des jeunes gens enthousiastes levant les bras comme devant un feu de joie. Une image d’agence. Mais le texte est moins joyeux : « iDTGVMAX avait été imaginé, il y a 2 ans, comme une expérimentation dans le domaine de l’illimité ». Et dans trois mois, ce sera fini.

Colère. Depuis qu’il a reçu ce message, le 25 janvier, Matthieu Faye ne décolère pas. Matthieu, 32 ans, habite Perpignan. En France, on fait difficilement plus au sud. Il est originaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), tout là-haut dans le Nord, où vit une partie de sa famille. Et il aime voyager en train. C’est donc sans hésiter qu’il a saisi l’occasion, en janvier 2015, lorsque la SNCF a lancé en grande pompe une nouvelle formule, un forfait illimité.

Placard à archives: Le forfait iDTGV à 60€ par mois, mode d’emploi(janvier 2015)

720€ le forfait illimité. IDTGVMax proposait 10 000 abonnements, vendus 60€ par mois (59,99€ exactement, soit 719,88€ par an), qui permettaient de circuler sans aucune restriction d’horaire ni de destination sur le réseau iDTGV, à condition bien sûr de réserver sa place sur l’application dédiée. La compagne de Matthieu, Ana, a elle aussi choisi le fameux sésame, un an plus tard, début 2016, pour 65€ par mois, car le prix avait augmenté entretemps. « On a fait de beaux voyages, grâce à ce forfait illimité », raconte l’abonné. « A chaque fois que je prends le train, environ deux fois par mois, la voiture de seconde classe réservée au forfait IDTGVMax est pleine », témoigne-t-il.

Ce joli rêve de voyageur va donc prendre fin en avril 2017. Au cours d’une grand-messe médiatique dont elle a le secret, la SNCF a annoncé le 25 janvier le remplacement de « l’offre » (comme on dit dans les services marketing) IDTGVMax par une autre « offre » au nom presque identique, « TGV Max ». Mais celle-ci sera réservée aux jeunes de moins de 27 ans, une catégorie à laquelle n’appartiennent plus Matthieu et sa compagne. Ana n’a d’ailleurs reçu aucun mail de la SNCF.

Une expérimentation? Non. L’argumentation de la SNCF, « l’expérimentation prend fin », ne satisfait pas l’abonné. D’expérimentation, en janvier 2015, il n’en était pas question. « La SNCF ne nous avait jamais parlé de date limite. Nous ne savions pas que nous étions des cobayes », proteste Matthieu. Avec ce forfait, « les abonnés se sont projetés dans l’avenir et ont modifié leurs habitudes de déplacements, voire leur vie professionnelle ou privée », souligne-t-il. « On est plein à avoir pu quitter Paris grâce à #idtgvmax, un déménagement qui lui n’était pas une expérimentation », corrobore Samuel Goëta, un autre abonné.

« Réinventer le train ». Le 28 janvier 2015, l’annonce du forfait IDTGVMax avait fait l’objet de toutes les attentions du service de communication de la compagnie ferroviaire. Dans un établissement branché de la capitale, les journalistes avaient assisté à un véritable show, avant d’être conviés à un buffet. L’événement était retransmis en direct sur les réseaux sociaux. La directrice de la branche Voyages SNCF (à ne pas confondre avec le site du voyagiste éponyme) , Rachel Picard, vantait « un positionnement innovant, purement web ». La formule IDTGVMax permettrait de « réinventer le train », assurait-elle encore. Les abonnés étaient même affublés d’un surnom tendance, « les maxtrotteurs », surnom que les intéressés se sont d’ailleurs approprié.

Pour la SNCF, à un moment où l’on ne parlait pas encore des autocars Macron, il s’agissait de concurrencer le covoiturage de longue distance, bon marché mais impliquant de longs trajets inconfortables. A aucun moment, lors de la conférence de presse, le mot « expérimentation » n’avait été prononcé. Foi des notes prises ce jour-là. Sur les archives du Web, pas de trace non plus de cette supposée « expérimentation ». Pas davantage dans cette interview du directeur adjoint d’IDTGV.

 

Etes-vous victime d’une offre similaire ? Déposez votre annonce sur notre site Legi Capital et bénéficiez de notre expertise.